Travaux et assurances : lesquelles et à quels prix ?

Lorsque l’on se lance dans de nouveaux travaux, mieux vaut être bien assuré ! En effet, personne n’est à l’abri d’un sinistre et certains peuvent coûter très cher. Voici les garanties à avoir afin de régler de potentiels litiges en toute sérénité.

Les assurances obligatoires

Le constructeur doit impérativement souscrire à un régime de responsabilité décennale dans le cadre de son activité. Tous les professionnels du bâtiment sont concernés : ingénieurs, architectes, bureaux d’étude, promoteurs, maîtres d’œuvre…

La garantie décennale doit être souscrite avant le début des travaux. Sa couverture géographique doit être vérifiée. Cette assurance couvre les vices qui pourraient affecter la solidité de l’ouvrage, ceux qui pourraient rendre le bâtiment inhabitable ou impropre à l’usage et les gros ouvrages (comme les fondations, les murs porteurs, les fissurations, les problèmes d’étanchéité…). Pour calculer le prix de son assurance décennale, Companeo propose un listing des critères qui permettent de calculer le prix d'une assurance décennale.

Celui-ci dépend de la taille de l'entreprise, du chiffre d'affaires réalisé, de la nature de l'activité principale exercée, du niveau d'expérience et de compétences, des procédés mis en œuvre et de l'étendue souhaitée des garanties.

À noter également que les prix varient en fonction du type d'entreprise : autoentrepreneur, entreprise individuelle, profession libérale…

Cette assurance intègre aussi la "garantie de parfait achèvement " qui dure un an ainsi que la "garantie de bon fonctionnement" qui elle s'étale sur une période de 2 ans.

La première permet à l'entreprise de réparer tous les problèmes liés aux travaux pendant un an après leur finalisation. Cette assurance permet donc de couvrir leur prise en charge.

La seconde fonctionne selon le même principe avec une durée plus importante.

Les assurances facultatives

Les entreprises qui le souhaitent peuvent aller plus loin en souscrivant à des garanties conseillées, mais plus obligatoires. Il peut s'agir de l'assurance construction, avec une responsabilité civile d'exploitation et après travaux qui permettra de prendre en charge certains vices comme les dommages causés aux tiers, ceux causés aux biens immobiliers avoisinants, les erreurs d'implantation, l'effondrement de l'ouvrage avant réception ou bien les dommages subis par l'assuré avant réception.