Taux d'intérêt immobilier : une tendance haussière pour 2017 ?

Depuis le mois de décembre 2016, une hausse des taux de crédits immobiliers accordés aux particuliers a été constatée. Les chiffres le confirment. Selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA, le taux d’emprunt indiqué en mars 2017 est de 1,51 % en moyenne, hors assurance et garantie. La tendance est à la hausse, mais le taux reste à un niveau particulièrement faible (2 points de base). En effet, il faut souligner que le taux de crédit varie selon le type de logement (neuf, ancien...), le type de projet (acquisition, construction...), sans oublier les différents paramètres de prêts (durée, apports personnels...).

Un taux d’intérêt en hausse, une demande toujours forte

La tendance haussière du taux d’intérêt immobilier durant ce premier trimestre n’a guère affecté le dynamisme du marché. Au contraire, elle a provoqué un afflux des demandes de financement. Mais, qu’est-ce qui fait ruer les Français vers les prêts immobiliers malgré la hausse du taux d’emprunt ?

Primo, les taux sont relativement bas. Secundo, bien que les prix du mètre carré sont globalement stables, ils sont en hausse dans les grandes villes. De ce fait, l’offre se raréfie. Et tertio, les acheteurs craignent le climat d’incertitude post-élections. En effet, les Français se disent que c’est le moment ou jamais d’effectuer des prêts dans les conditions optimales. 

Une hausse de taux d’intérêt modérée pour les meilleurs dossiers ?

L’évolution du marché immobilier est donc positive, mais peu rassurante, du moins pour les banques. En Effet, ces établissements de crédit sélectionnent davantage les meilleurs profils pour faire bénéficier d’une hausse modérée. En fonction, la baisse peut être de 5 points (excellent profil) ou de 10 points de base (bon profil).

Par ailleurs, dans ces conditions où l’offre est inférieure à la demande, les banques cherchent à reconstituer leurs marges et imposer leurs conditions. Ainsi, la concurrence est aussi forte entre elles, notamment sur la recherche des dossiers qualitatifs. Autrement dit, les dossiers moins attrayants ne sont pas recherchés, donc subissent des taux moins favorables.

Quoiqu' on constate que les Fintech et banques en ligne restent toujours les plus intéressantes, car elles proposent les meilleurs taux aux demandeurs qui correspondent à leur profil.

Mars 2017 : une fin de la tendance haussière en vue ?

Il faut souligner que les taux du crédit immobilier se sont globalement stabilisés au mois de mars malgré la hausse consécutive des barèmes depuis mi-décembre 2016. Cette stabilisation concerne tous les profils emprunteurs et tous les types de projets sur la plupart des durées de remboursement. En réalité, ceci est confirmé au niveau des grands intermédiaires bancaires.

Un courtier en crédit immobilier CAPFI reste optimiste sur le sujet. Même si les taux vont continuer à remonter, ils resteront limités, visiblement pour le premier semestre 2017. Et, en conclusion, l’Observatoire Crédit Logement/CSA précise également que : "le taux moyen des crédits immobiliers attendu pour la fin 2017 devrait se situer entre 1,65 % et 1,75 %".