4 millions de mal-logés en France, une aubaine pour les investisseurs ?

Le 22e rapport de la Fondation Abbé Pierre (FAP) a annoncé que 4 millions de Français étaient touchés par le mal-logement. Il s’agit notamment des sans-abris, des sans logement personnel, et de ceux qui vivent dans un logement indécent. Mais, ce n’est pas tout. 12 autres millions de personnes sont concernées par la crise du logement, à savoir la précarité énergétique, la copropriété en difficulté, l’effort financier excessif et la situation d’impayés. En effet, on peut dire que malgré les mesures gouvernementales prises, le climat n’était pas meilleur qu’il y a 5 ans passés. Mais alors, n’est-ce pas une occasion à saisir pour les bailleurs privés ?

Proposer des loyers abordables

Oui, mais dans quels intérêts ? Il faut reconnaitre que les bailleurs privés sont des acteurs majeurs dans la vie économique du pays, si on ne parle que du secteur immobilier. Donc, si ces derniers s’engagent à proposer des loyers abordables aux ménages modestes, ils peuvent bénéficier en contrepartie d’une réduction fiscale importante sur les revenus fonciers bruts. D’ailleurs, la ministre du Logement s’est même engagée à étudier l’idée d’une exonération de taxe foncière pour les bailleurs volontaires.

Accélérer les travaux de rénovation énergétique

Afin de lutter contre la précarité énergétique, l’ANAH propose également un soutien financier aux bailleurs voulant réaliser des travaux d’économie d’énergie : installation de système de ventilation, installation de système de chauffage, isolation des murs et de toiture, changement de menuiseries. Afin de bénéficier de ces aides, plusieurs engagements doivent être respectés, des engagements qui se basent principalement sur le type de logement à louer, les caractères de décence, le plafond de loyer appliqué et les types de locataires.

Fournir un logement décent

Désormais, les propriétaires bailleurs doivent savoir que pour pouvoir mettre un bien immobilier en location, un permis de louer est indispensable. Ceci a été mis en place dans le but de fournir un logement digne, et ne laissant apparaitre des risques manifestes pouvant porter atteinte à la sécurité et à la santé des occupants. Par ailleurs, il faut préciser que si les logements mis en location ne répondent pas aux normes de décence, les aides personnelles au logement ne pourraient non plus être attribuées.

Réduire les périodes de vacances locatives

Les vacances locatives sont les périodes d’entre deux contrats de location pendant lesquelles le propriétaire bailleur ne reçoit pas de loyers pour son appartement. Ainsi, la réduction des vacances immobilières se présente comme une solution alternative à l’hébergement des ménages modestes, et surtout un meilleur moyen de rentabiliser un investissement locatif. Le but n’est pas de louer cher, mais de louer régulièrement à loyer intéressant.