Hausse des taux d’intérêt : faut-il craindre une chute des ventes immobilières ?

2016 a été l’année de tous les records, du moins depuis la dernière crise que le secteur de l’immobilier a traversée. Avec 840 000 transactions ont été enregistrées, le soleil est au beau fixe. Néanmoins, le prix du mètre carré a explosé partout en France. Dans la plupart des grandes villes, l’ancien crée l’engouement même si 25 % des ventes immobilières concernaient du neuf. Mais alors que le bilan est clairement positif, 2017 démarre avec une hausse des taux immobiliers. Que va-t-il se passer ? Investir dans la pierre devient-il moins intéressant ?

 

Retour sur 2016 : une période « bénie » pour les investisseurs et acheteurs

En janvier, le taux d’intérêt moyen était à 2,4 %. Dès le printemps, l’on passe sous la barre des 2 %. Le baromètre des taux immobilier s'affole. Acheteurs et investisseurs se ruent vers les biens, la demande devient de plus en plus forte. L’envolée des prix ne tarde pas à survenir. Au dernier trimestre, la courbe remonte un peu, mais l’immobilier reste très intéressant. En janvier 2017, l’on démarre à 1,6 %.

 

Taux des crédits immobilier : + 0,5 point en 2017

Nul doute, le formidable élan constaté pendant l’année dernière est en grande partie dû aux taux pratiqués par les banques traditionnelles et les banques en ligne. Rappelons-nous d’ailleurs qu’en 2011, la moyenne était à 4,3 %. Ce qui laisse penser que l’embellie ne peut que perdurer. Mais les plus réalistes se disent : « Adieu paniers, vendanges sont faites ». Et pour cause, la hausse des taux immobiliers se confirme. Les experts parlent d’une augmentation de 0,50 %.

La conséquence directe ? Des acheteurs qui risquent de voir leur dossier de prêt refusé à cause de moyens financiers qui ne remplissent plus les critères. Certains disent que les banques pourraient même durcir leurs conditions d’octroi.

Toutefois, ces changements « mineurs » ne devraient pas décourager, car malgré tout, cela reste intéressant.

 

Les investisseurs et primoaccédants peuvent continuer à avoir le sourire

Non seulement rien ne laisse présager une hausse fulgurante des taux des crédits immobiliers en 2017, mais en plus le maintien des nombreux dispositifs d’aide devrait favoriser une stabilité du secteur.

L’on peut notamment citer :

  • Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) qui offrent davantage de possibilités pour rénover
  • Le dispositif Censi-Bouvard pour ceux qui se lancent dans l’investissement dans les résidences meublées telles que les résidences sénior, étudiantes ou handicapées.
  • Ou encore, le Prêt à Taux Zéro qui est prolongé jusqu’au 31 décembre 2017 pour le plus grand bonheur des primoaccédants.

 

L’après reste flou ! Il y a les prochains évènements politiques français qui pourraient changer la donne. Tout dépendra finalement de ce que le nouveau président et son gouvernement adopteront comme ligne de conduite concernant l’immobilier.

Alors, pour ne pas regretter plus tard, mieux vaut profiter encore d’un climat et de conditions propices pour acquérir une maison ou un appartement, qu’il soit neuf ou ancien.