Conseils d'expert pour négocier son achat immobilier

Après de fastidieuses recherches et visites, vous avez enfin trouvé la maison de vos rêves ? Le hic, vous jugez que le prix affiché est exorbitant. En immobilier, il est tout à fait courant de négocier le prix de vente. Mais, pour que ce ne soit pas un coup d’épée dans l’eau, nous vous apportons des conseils d’expert pour trouver l’accord sur le juste prix du bien.

Renseignez-vous sur le marché immobilier local

D’abord, s’il s’agit du moment propice pour effectuer un achat, toutes les chances sont de votre côté. Dès lors, lorsque l’offre est supérieure à la demande, le prix de vente peut diminuer. Ensuite, n’hésitez pas à comparer les prix du mètre carré dans le secteur recherché pour avoir une idée de l’éventuelle négociation sur le prix du logement. D’autant plus, si le marché immobilier passe par une mauvaise période, les vendeurs se presseront de vendre leurs biens.

Faites le point sur les défauts de construction du logement

Si vous arrivez à trouver les défauts sur le bien à vendre, il serait possible de négocier le prix à la baisse. Dans ce cas, faites le point sur l’environnement du bien : est-ce bruyant, loin des commodités (commerces, écoles...) ? Qu’en est-il de la luminosité du logement ? Est-ce facilement accessible aux cambrioleurs ? Notamment, s’il se trouve au rez-de-chaussée. Si le logement se trouve à un étage très élevé, y a -t-il un ascenseur ? Qu’en est-il des isolations thermiques et acoustiques ? Par ailleurs, des travaux sont-ils à prévoir ? S’il s’agit d’une copropriété, le vendeur a l’obligation de vous remettre les trois derniers procès-verbaux d’assemblée générale pour que vous puissiez faire le point avant la signature du contrat.

Quelle est la marge de négociation ?

Quel que soit le prix de vente, vous devez juger par vous-même la marge de négociation raisonnable en fonction du bien. Néanmoins, vous devez savoir que si vous passez par des professionnels (sites, agences, agents immobiliers...), ces derniers ne s’efforcent pas de proposer des prix surestimés. La marge de négociation est légèrement faible : 5 % en moyenne. En revanche, s’il s’agit d’une vente entre particuliers, vous pouvez espérer une baisse de 10, voire 20 % du prix de vente.

Attention, ne communiquez pas au vendeur le montant que vous vous êtes déjà fixé. Proposez un prix inférieur pour qu’il puisse l’augmenter progressivement jusqu’à la somme que vous pouvez investir.

Préparez votre duel

Le dernier, mais non le moindre : les techniques d’affrontement.

Premièrement, même si la maison vous plait tellement, il est déconseillé de montrer son engouement devant le vendeur. Il sera persuadé que vous l’achèterez à n’importe quel prix.

Deuxièmement, soignez votre crédibilité. Vous pouvez mettre en avant votre capacité financière sans dévoiler le montant que vous pouvez investir. Par exemple, parler au vendeur de votre accord de prêt ou apport personnel. Aussi, vos arguments doivent être avancés avec assurance et audace.

Troisièmement, pour négocier un achat, il est préférable de fixer un rendez-vous face à face plutôt qu’un entretien à distance (téléphone, Skype...). Par la même occasion, vous pouvez impressionner le vendeur en proposant la signature du contrat le jour suivant, si vous trouvez un accord.