Qu’est-ce qui change dans l’immobilier en 2017 ?

Pour cette année 2017, des changements concernant l’immobilier font leur entrée de jeu. Ces changements concernantl’immobilier de 2017 touchent notamment l’encadrement des loyers à Lille, la taxe sur les logements vacants à Paris, des nouvelles mesures sur la loi Alur… Ici vous sont présentées les modifications de l’immobilier en 2017.

L’encadrement des loyers à Lille

Lille se classe au troisième rang dans le classement des villes ayant les loyers les plus chers. Ce qui ne sera plus le cas dès le 1er février 2017, car c’est la date où l’encadrement des loyers à Lille commencera. Suite à cet encadrement, les loyers ne dépasseront pas de plus de 20 % le loyer de référence.

La taxe sur les logements vacants à Paris

C’est une nouvelle de l’immobilier de 2017 qui ne ravit certainement pas les propriétaires de bien à louer. En effet, depuis le 1er janvier la taxe sur les logements vacants a doublée à Paris. Cette mesure est entrée en vigueur parce qu’il est estimé qu’il existe environ 10 000 logements vacants rien qu’à Paris.

L’autorisation sur la mise en location

Le ministère du Logement a annoncé dans un communiqué que 210 000 logements du parc privé soumis à la location présentent un risque à la santé et à la sécurité des habitants. Donc afin de lutter contre ces habitats indignes et les marchands de sommeil, les communes qui le désirent peuvent soumettre des zones géographiques ou une liste de logements à une mise en location qui feront l’objet d’une autorisation préalable.

Les diagnostics techniques pour le gaz et l’énergie

Ce changement dans l’immobilier de 2017 entrera en vigueur en juillet. Il concerne la mise en location, lors de celle-ci les propriétaires devront fournir un diagnostic sur le gaz et l’électricité aux locataires. Ces deux diagnostics seront valides pour une durée de 6 ans et concernent les biens dont les installations de gaz et d’électricité datent de plus de 15 ans.

Le diagnostic des copropriétés

Concernant les immeubles de plus de 10 ans, un diagnostic global est obligatoire. Un diagnostic global comprend une analyse technique de l’état des équipements, de la performance énergétique, de la réglementation de l’immeuble et de la gestion patrimoniale de l’immeuble. Le syndic de copropriété a aussi la possibilité de procéder à un diagnostic global pour anticiper les travaux de rénovation à réaliser dans la copropriété.

L’immatriculation par lot des copropriétés

Depuis le 1er janvier 2017, les copropriétés qui possèdent plus de 200 lots ont pour obligation de s’immatriculer. Si aucune immatriculation n’est faite un mois après la mise en demeure, une astreinte de 20 € par lot de copropriété et par semaine de retard sera appliquée à la copropriété.