Logement étudiant contre service

Tenir compagnie, aider aux devoirs, bricoler… en échange d’un hébergement. Faute de moyen, beaucoup d’étudiants ont de plus en plus recours au logement contre service. Certes, c’est un moyen efficace d’avoir un logement décent à moindre coût. C’est aussi l’occasion de tisser des liens. Cependant, si la plupart du temps, cela se passe bien, certains propriétaires sont malintentionnés. Des services s’apparentent parfois à de l’esclavagisme moderne. Qu’en est-il dans la réalité ? Vers qui se tourner pour éviter abus et arnaques en tout genre ? Pour bénéficier de tous les avantages du logement contre service, suivez le guide.

 

Ce qu’il faut savoir sur le logement étudiant contre service

Le concept

En contrepartie de l’hébergement, vous fournissez un service à l’hébergeur. Le panel est large, et habituellement, c’est lui qui fixe ses besoins. Étant donné qu’il devient votre employeur, le logement est considéré comme un logement de fonction. De ce fait, votre chambre doit être un endroit décent qui fait au moins 9 m². En outre, elle doit bénéficier d’un minimum de confort : fenêtre, chauffage, sanitaire… Les charges sont partagées entre les deux parties.

 

Quels sont les réseaux de confiance ?

Pour trouver des offres de logement contre service, connectez-vous sur les sites spécialisés. Ce sont des plateformes de mise en relation. Normalement, elles filtrent leurs annonces et ne diffusent que celles qui sont sérieuses. Ainsi, vous évitez de tomber sur des propriétaires peu scrupuleux. Le site du Cnous lokaviz.fr est le plus à même de vous mettre en relation avec des propriétaires honnêtes. Via Lokaviz vous pourrez trouver par exemple des logements dans des villes comme Nantes, Strastbourg ou encore Toulouse et bien d'autres grandes villes.

 

Comment ça marche ?

En règle générale, votre loyer est calculé au SMIC horaire en fonction de vos heures de travail. La rémunération étant uniquement en nature (logement, nourriture, blanchissage…), le surplus vous est payé. Vous êtes déclaré et les charges forfaitisées par l’Urssaf sont de l’ordre de 70 € par mois en moyenne.

 

Quel type de cohabitation et de service ?

Chambre chez l’habitant

C’est un propriétaire qui sous-loue une chambre dans son lieu d’habitation. En échange, vous lui rendez des services. Cela peut être du baby-sitting, du repassage, de l’aide aux devoirs des enfants… Avec cette forme de cohabitation, vous ne payez pas de loyer, ou alors très peu. Ceci est fonction du travail fourni. En principe, vous devez travailler entre 10 à12 heures hebdomadaires. Au-delà, vos tâches sont considérées comme des heures supplémentaires que le propriétaire devra vous payer.

 

Le logement intergénérationnel

C’est une cohabitation avec une personne âgée. Le loyer est moindre et vous bénéficiez d’un endroit spacieux et confortable. Cela peut devenir gratuit si des services convenus entre les deux parties sont rendus. Pour cela, vous pouvez contacter des associations comme Ensemble2générations ou Le PariSolidaire.

 

Colocation impliquée dans la vie de quartier

Le Kolocs est une colocation entre 3 à 6 étudiants. Ceux-ci sont hébergés pour un an dans un logement meublé et équipé à loyer modéré. En contrepartie, ils doivent participer au projet de service solidaire Kaps. D’ailleurs, la sélection est basée sur la motivation des étudiants à s’investir. Animation, soutien scolaire, sensibilisation au développement durable… sont des exemples de services.

 

Les contrats

Quelle que soit la solution choisie, la signature de contrats est fortement conseillée. Les contrats permettent de définir clairement les termes de votre accord.

 

Établir un contrat de travail

Il doit mentionner :

 

Établir un contrat de bail

Celui-ci doit indiquer :

 

Documents annexes

Par ailleurs, le propriétaire est tenu de fournir

 

Les conseils pour que tout se passe bien

En somme, soyez vigilant avant d’accepter un logement étudiant contre service. Établissez un vrai contrat de travail. Respectez les autres et leur mode de vie. Participez un minimum aux tâches ménagères même si celles-ci ne font pas partie de votre travail.